Village de Tontelange

Actualités

30janv..2021

Un second tome raconte l’histoire Tontelange sous toutes ses coutures

 

En 2011, Marcel Nickers aidé par son épouse Cécile Thoma s’était attaché à écrire un premier ouvrage sur le village de Tontelange, intitulé « Tontelange, 2000 ans d’histoire, des Trévires à 1977. »

Fort de ses 116 pages, il abordait toute une série d’aspects de l’histoire de ce village de la vallée de l’Attert. Et d’abord son origine et son nom, ou plutôt l’évolution de ses noms, celle de son église, de son cimetière et du culte en général. Autre thématique, l’enseignement, puis les contes et légendes, la vie au village pendant la seconde guerre, le football dès 1912, l’évolution de la population, l’histoire de l’Ancien Régime à l’indépendance de 1830, puis la langue utilisée au fil des siècles.

A l’époque, Marcel Nickers savait déjà qu’il y aurait un second tome. Il a fallu neuf ans pour qu’il sorte sous le titre « La vie au village ». « Le premier chapitre est un complément au premier tome : de nouveaux témoignages, de nouvelles photos et consultations, de nouvelles lectures aussi », dit l’auteur. Le chapitre 2 aborde l’urbanisme et la croissance progressive du village depuis son origine dans les années 900, basée sur « une recherche personnelle entreprise au début de la grande opération de rénovation rurale, quand l’urbanisation et l’architecture étaient des préoccupations de première importance. Cette recherche reste intéressante pour comprendre l’évolution du village, liée à des contraintes locales et historiques. »

Deux autres chapitres parlent de la vie au village, avec l’organisation économique et sociale sous l’Ancien Régime, puis sous les périodes autrichienne, française, hollandaise. Ce tome 2 aborde encore l’habitat, avec ses fermes traditionnelles, celles de taille moyenne ou grande, et celles des journaliers.

Et puis, autre sujet phare pour Marcel Nickers, le tram, qui n’a pas eu une très longue vie, mais « qui fut une révolution sociale, économique et culturelle. » Ce tram qui passait au carrefour de la Côté Rouge à Metzert, via Attert et Martelange d’un côté, Arlon de l’autre, via la fameuse montée de la Côte rouge qui reste un beau chemin de balade le long de l’actuelle carrière Setim. Il y a peu d’images de cette époque, mais l’auteur en a extrait une série des films noir et blanc que l’abbé Feck avait alors réalisés avec les techniques d’alors.

Les conscrits, la récolte des œufs, le football, le centenaire de l’indépendance, la confirmation, les travaux dans les champs, le monument aux morts de la seconde guerre mondiale dédié aux fusillés, voilà autant de sujets abordés, notamment par l’image. Et puis il y eut aussi le théâtre qui connut quelques années de succès, avant et surtout après la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, Tontelange s’est étiré urbanistiquement, avec de nombreuses nouvelles habitations qui ont changé le look du village en périphérie mais sans encore atteindre le pic démographique du milieu du 19èmesiècle. Et côté associatif,  si le théâtre a disparu depuis longtemps, l’ASBL Culture et Loisirs continue à animer ce beau village et l’auteur a retenu trois événements-phare parmi d’autres: le festival Tontegrange, la Hammelsmarch et la Saint-Hubert.  

Enfin, Marcel Nickers passe en revue les plats et recettes traditionnelles que les habitants, pas seulement de Tontelange mais de tout le pays d’Arlon confectionnaient alors. De quoi donner quelques idées aux néo-Tontelangeois !

 

Tontelange, tome 2, La vie au village, 188 pages, est vendu 22 euros chez Jean-Luc Bodeux, 81 Au Village à Tontelange (0496/ 47 19 74), au Parc naturel de l’Attert au domaine Schuman à Attert, à la librairie des Faubourgs et au Point Virgule à Arlon.  

Tontelange, tome 1 est malheureusement épuisé.

Chargement...